Inspirations
non connecté
(Login)

Kevin Staut et CWD célèbrent 10 ans de collaboration

X

30 novembre 2017

En 2007, Kevin Staut participait à ses premiers championnats d’Europe senior avec un certain Kraque Boom. Cette même année, il entamait une collaboration avec la marque CWD, lancée quelques années plus tôt, en 1998, et dirigée par Laurent Duray. Depuis, ces deux-là ne se sont plus quittés. De ce partenariat entre un champion et un sellier est née une amitié autour d’une passion commune, le sport.

 -

Dix ans plus tard, en 2017, Kevin Staut et CWD sont toujours sur le devant de la scène du saut d’obstacles mondial. L’un s’est forgé un palmarès impressionnant – deux fois vice-champion du monde par équipe, champion olympique par équipe… – et l’autre a séduit les plus grands pilotes internationaux – Scott Brash, Jeroen Dubbeldam, Michael Whitaker… – et n’a cessé d’innover pour proposer des équipements à la pointe de la technologie.

Kevin Staut et Laurent Duray partagent une même quête : l’optimisation du geste sportif. Si le premier travaille d’arrache-pied pour perfectionner sa technique et ne faire qu’un avec sa monture, le second s’applique à offrir au cavalier le matériel qui lui permettra la plus grande précision en selle tout en respectant l’intégrité physique du cheval.

Pour concrétiser cette aspiration, le sellier s’est associé au CIRALE et à son unité de recherche en Biomécanique et Pathologie Locomotrice du Cheval pour créer le CWD-VetLab. L’ambition de ce laboratoire, qui réunit des chercheurs, des vétérinaires et des concepteurs de produits, est d’imaginer de nouveaux équipements qui allient performance et bien-être du cheval. Animé par les mêmes valeurs, Kevin Staut a naturellement rejoint les rangs de l’équipe.

Souhaitant célébrer leurs dix années de collaboration, et le lancement en juillet 2017 du CWD-VetLab, Kevin Staut et CWD ont travaillé main dans la main pour élaborer la Collection Capsule, présentée cette semaine au Salon du Cheval de Paris. Parmi les produits proposés, les rênes double qui permettent de jongler aisément entre quatre, trois et deux rênes, et la longe de travail en cuir tressé qui par son poids légèrement supérieur à une longe synthétique oriente le bout du nez du cheval vers le bas, devraient plaire à de nombreux cavaliers… Happy collab’ !